Apprendre à réussir vos photos de nuit (Niveau Moyen – Confirmé)

Effet fantôme sur le tramway de Bordeaux, place de l'Opéra

Sans lumière, pas de photo. Vous le savez tous. Pourtant, vous avez tous vu et parfois admiré des photos de nuit. Celles qui fleurissent en fin d’année avec l’approche des fêtes, par exemple. Certains se disent, « moi aussi, je peux faire ça… » sauf qu’avec votre Smartphone et son flash, et sans connaissance particulière, vous dénaturez l’image (trop sombre, trop claire, trop de grain, etc.). Alors comment faire une photo de nuit ?

Photo de nuit avec effet fantôme sur un train

Le (mauvais) réflexe

Eh ben, le réflexe, c’est de dire : « Pas ou peu de lumière, augmentons les ISO ! » Et là, c’est pire que tout. L’image est granuleuse, terne, bref, il y a du « bruit ».

La Pellicule Moto a pensé aux motardes et motards qui aiment la photo et qui veulent s’essayer à la photo de nuit. Je vous propose un tutoriel photos sur le sujet. Loin de vous offrir un cours magistral, je vais vous donner quelques repères (les miens en tout cas, ceux qui j’utilise !) pour réussir vos clichés en nocturne.

Connaissances de base et matériel

Avant de rentrer dans le vif du sujet, on admet que vos connaissances de base sont suffisantes pour comprendre ce que sont :

  • l’ouverture
  • la vitesse
  • les ISO

Le problème principal étant la lumière, vous ne pourrez pas travailler en mode « Automatique » ou « Programme ». Il va falloir imposer certaines contraintes à votre boîtier, à condition qu’il les accepte.
C’est le deuxième point important. Un reflex ou un bridge pourront faire l’affaire, mais oubliez le Smartphone et tous les appareils qui ne vous permettent pas de sortir du Mode Automatique.
Un trépied est recommandé, ainsi qu’un déclencheur à distance (filaire ou pas). Pourquoi tout cela ? Parce que vous allez augmenter les temps de pose de manière significative et que tout mouvement entraînera un flou de bougé.
On y va ?

Le moment à privilégier : l’heure bleue

C’est parti, mais quand ? Pas quand la nuit est noire. Partez avant le coucher du soleil, pour repérer vos objectifs (un monument, un bâtiment, une rue…) et être en place dès que le soleil a disparu. Il faut privilégier ce que l’on appelle l’heure bleue. Il s’agit des quelques dizaines de minutes entre lesquelles le soleil est couché et la nuit commence à tomber. Cet intervalle peut durer une vingtaine de minutes. C’est dans ce laps de temps que vous pouvez obtenir des photos avec un joli ciel bleu nuit, bien contrasté et des teintes plus douces.
Un site peut vous aider à définir la bonne heure : « www.bluehoursite.com »

Régler un appareil pour la photo de nuit

Là, on y est ! Et pour réussir, il va falloir jouer sur les paramètres suivants :

  • Augmenter l’ouverture (qui est limitée par l’ouverture maximale de votre objectif)
  • Ralentir la vitesse d’obturation ou augmenter le temps de pose (ce qui est limité par votre stabilité et la présence ou non de stabilisation, voire d’un trépied)
  • Augmenter la sensibilité ISO (limitée par les capacités de votre appareil, qui produit des images de moins en moins propres au fur et à mesure qu’on augmente les ISO)

Avant toute chose, vous devez régler la sensibilté ISO du boîtier : elle doit être la plus faible possible. 100 ou 200 ISO maximum, pour limiter le bruit sur vos photos. Ce réglage ne doit jamais être sur AUTO, car l’appareil choisira nécessairement une valeur élevée, ce qui ira à l’encontre du résultat attendu.

A partir de là, vous avez trois solutions :

Mode Priorité à la Vitesse

L’avantage de travailler en Mode Priorité Vitesse, c’est que vous maîtrisez l’effet de vitesse des éventuels véhicules passant dans vos champs de vision.
Si vous n’avez pas de trépied, ne descendez pas en dessous de 1/15ème. Sinon, avec le pied, vous pouvez imposer des vitesses de plusieurs secondes (jusqu’à 30 secondes en général). Le Mode Bulb vous permet de dépasser ce cap et de travailler sur plusieurs minutes.
Le boîtier vous indiquera l’ouverture qu’il préfère. Faîtes en sorte qu’en jouant sur la vitesse, l’ouverture se situe aux alentours de f/8 – f/11, valeurs qui offrent souvent le meilleur rendu.
Déclenchez au déclencheur ou utilisez le retardateur afin de ne pas toucher l’APN.
En jouant avec la vitesse, vous pourrez créer des « fantômes » 🙂

Effet fantôme sur le tramway de Bordeaux, place de l'Opéra

Mode Priorité Ouverture

L’avantage de travailler avec ce mode, c’est de maîtriser la profondeur de champs.
Si vous souhaitez une profondeur relativement faible (arrière-plan flou ou bokeh), choisissez une valeur de f/1,8 ou f/2 par exemple, et laissez l’appareil choisir sa vitesse. A l’inverse, si vous souhaitez une profondeur de champs importante, choisissez f/22. L’APN adaptera sa vitesse (le temps de pose sera plus long).
L’idéal, en qualité d’image, est de rester aux alentours de f/8 – f/11.

Fleuve et bateau photographiés de nuit à Bordeaux

Pont photographié de nuit

Mode Manuel

Vous décidez de la vitesse et de l’ouverture. Il vous faudra un peu d’expérience avant de réussir avec ce mode, mais c’est celui qui vous laisse le plus de créativité.

Les conseils pour faire encore mieux

  • travailler en RAW, le post-traitement vous offrira plus de possibilités. Pour autant, le JPEG n’est pas interdit, mais quand on peut…
  • si vous travaillez avec un trépied, n’oubliez pas de désactiver la stabilisation.
  • N’hésitez pas à faire plusieurs clichés de votre sujet : sur-exposé et sous-exposé en jouant avec l’ouverture et/ou la vitesse. Vous aurez ainsi le choix entre plusieurs images en post-traitement.
  • N’hésitez pas à jouer avec les couleurs en post-traitement. Le noir et blanc se prête bien aussi à ce genre de photos.

Photo de nuit en noir et blanc à Bordeaux

Photo de nuit à Bordeaux en couleur

Pour les plus téméraires, les conseils avancés

Par souci de simplicité pour les novices, certains points ne sont pas abordés dans ce tutoriel photo. Mais rien n’interdit de modifier :

  • la Balance des Blancs : pour débuter, laisser ce réglage sur Auto, mais au fil des jours ou même de la soirée, n’hésitez pas à modifier cette option. Certaines vous réserveront de belles surprises en termes de rendus, de couleurs.
  • Les « IL » (indice de lumination), qui influenceront l’exposition. En effet, vous pourrez sous-exposer ou sur-exposer votre image.

Pour finir, une photo de SebH prise en Corse cet été. Particularité : pas de trépied. Appareil (Nikon D7200) calé sur une murette, déclenchement au retardateur. Comme quoi, même si vous oubliez une partie du matériel, vous pourrez faire quelque chose de plutôt réussi !

Photo de SebH - Corse 2017

1 Commentaire
  1. Devaux 1 année Il y a

    Voilà de très bons conseils pour réussir des photos de nuits, avec un beau tutoriel illustré. Le vocabulaire est adéquat afin de bien guider les grands passionnés et la démarche très pédagogique. Vue sous cet angle la ville devient magique. Merci pour tes conseils passionnants . Bises Virginie

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Contactez-nous

Si vous avez participé à un roulage et que vous souhaitez obtenir vos photos, n'hésitez plus : contactez-nous !

En cours d’envoi

©2018 - La Pellicule Moto - Une association de photographes sur circuit moto

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?