L’exposition : trouver la lumière sur vos photos

Photo souffrant de surexposition à la lumière, cramée

Chers Pistards, en bon photographes que vous êtes et après avoir lu nos premiers tutos, vous vous êtes décidés à quitter le mode Auto de votre boîtier. Et là, vous avez découvert que votre appareil gérait de façon transparente quelque chose de compliqué : l’Exposition. Ni trop claires, ni trop sombres, vos photos en Mode Auto sont très souvent bien exposées.
Sauf que « très souvent », ce n’est pas tout le temps ! Et ça ne vous laisse aucune marge de créativité pour photographier votre Belle (la moto ou la copine) ou votre motard préféré. De plus, l’automatisme peut se tromper ou être trompé. Contre-jour, faible luminosité, envie de « faire autrement » ne sont que des exemples parmi d’autres.
Donc, aujourd’hui, nous allons aborder la notion d’exposition, un paramètre indispensable à maîtriser lorsque vous utilisez les Modes M, A ou Tv.

Photo bouchée, trop sombre, sous-exposée
Photo d'un verre trop sombre, "sous-exposée" (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)
Image bien exposée à la lumière
Photo d'un verre avec une bonne luminosité, bien exposée (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)
Photo souffrant de surexposition à la lumière, cramée
Photo d'un verre très lumineuse, "sur-exposée" (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

C’est quoi l’Exposition ?

L’exposition, en photo, revient à faire rentrer sur le capteur de votre boîtier la lumière juste nécessaire pour que votre photo soit suffisamment lumineuse lorsque vous la regarderez. Trop de lumière, l’image sera sur-exposée, pas assez de lumière, elle sera sous-exposée.

Comment peut-on agir sur l’exposition ? En modifiant l’un (ou plus) des trois paramètres que sont l’Ouverture, la Vitesse (plus exactement le temps d’exposition) et les ISO (la sensibilité du capteur).

Petit mémo pour réussir son exposition

  • L’ouverture s’exprime de cette façon : un « f/ » suivi d’un chiffre. Plus le chiffre est petit, plus la lumière passe. Par exemple, f/16 laissera entrer moins de lumière que f/8.
    Pour vous en rappeler, si vous admettez que « f » veut dire « fermé », un robinet d’eau fermé de 2 tours (f/2) laissera passer plus d’eau que lorsqu’il est fermé de 11 tours (f/11). Ca va ?
  • Plus les ISO sont élevés, plus la lumière qui passe impacte le capteur.
  • Plus le temps de pose est long, plus le capteur est impacté.
  • Même si on ne développera pas ce point ici, sachez que votre appareil mesure la lumière en IL (indice de lumination) ou EV (exposition value). 1 IL en plus c’est deux fois plus de lumière !
    Pour faire +1 IL, vous pouvez passer de f/5 à f/5.6 ou passer de 100 à 200 ISO, ou encore passer de 1/250ème à 1/125ème.

Exemple : vous faites une photo avec les paramètres suivants : f/8, 1/125ème, ISO 200. Si elle est légèrement sous-exposée, vous pouvez essayer :

  • f/8, 1/100ème, ISO 200
  • ou f/6.5, 1/125ème, ISO 200
  • ou enfin f/8, 1/125ème, ISO 400

La fausse bonne idée : changer un seul paramètre pour toutes les corrections

Chaque paramètre, on vient de le voir, peut être modifié séparément pour faire entrer plus ou moins de lumière.
Là ou ça se corse, c’est que l’effet sur la photo n’est pas le même, en dehors de l’aspect lumineux :

  • Le Diaphragme (l’ouverture) a une incidence sur la Profondeur de champs (PDC). Plus vous ouvrez (f/4 au lieu de f/11 comme le robinet, toujours là ?), plus la zone de netteté se réduit.
  • la Vitesse (ou temps de pose) influe sur la netteté globale de l’image, et la perception du bougé.
  • Enfin, les ISO influent directement sur le grain de la photo (bruit numérique dans les hauts ISO).

Démonstration en images ! Nous allons corriger l’exposition de cette image en jouant sur un paramètre à chaque fois, et ce dans les mêmes proportions (les mêmes IL).

Photo de référence prise en 400 ISO, 1/100, f/11

On peut voir que pour la même exposition, les solutions ne donnent pas le même résultat en terme de profondeur de champs par exemple.

Conséquences du réglage de la vitesse pour l'exposition d'une photo
Conséquences du réglage de l'ouverture pour l'exposition d'une photo
Conséquences du réglage des ISO pour l'exposition d'une photo

Quelques applications:

Fort de ce nouveau savoir, voici quelques applications. Dans un premier temps, La Pellicule vous conseille de n’utiliser que les Mode Tv et Av. Le Mode M viendra un peu plus tard. Ensuite, entrainez-vous avant de croire que tout va vous sourire à la première sortie. C’est comme sur votre bécane. Il y a un temps de découverte, d’adaptation, d’essai et ensuite on tente d’exploiter le potentiel pilote/machine.

En extérieur, le bambin à vélo, le chien qui court…

Régler les ISO sur une valeur faible (200 par exemple). Evitez les ISO Auto. Vitesse sur 1/500 ou 1/1000, et si vous êtes en M, Ouverture f/4.

Si la photo est surexposée, baissez les ISO de 200 à 100. Si ce n’est pas suffisant, passez ensuite à f/4.5 puis f/5, etc.
Si la photo est sous-exposée, vous pouvez augmenter un peu les ISO, et/ou baisser la vitesse de 1/1000 à 1/500.

Le portrait de son amoureux ou sa copine

Pas de grain, donc ISO à 100 ou, en tout cas, le plus bas possible.

Pour faire entrer la lumière, on joue sur l’ouverture : f/2,8 sera préférable à f/4. La vitesse peut-être relativement basse, en respectant une règle simple :

  • Je photographie au 50mm, vitesse mini 1/50ème
  • Je photographie au 100mm, vitesse mini 1/100ème

Vous évitez ainsi le flou de bougé.

Architecture, paysage

Réglez les ISO à 100, sachant que selon les qualités de votre boîtier, vous aurez une marge avant de voir apparaître du « bruit ». Et pour une profondeur de champs maximale, Ouverture à f/11 par exemple. Vous pouvez dans ce cas typique travailler en Priorité Ouverture et laisser le boîtier trouver la vitesse adaptée. Si celle-ci vous semble trop faible, jouez sur l’Ouverture (f/8 par exemple), le boîtier la fera remonter.

Même en mode M, l’appareil vous aide

Et oui, le boitier vous aide avec trois indicateurs. Tout d’abord, le posemètre vous indique dans le viseur si la photo sera bien exposée ou pas. Curseur au milieu, c’est tout bon. A gauche, trop sombre (bouchée). A droite, trop claire (brûlée).

Vous avez également l’histogramme qui s’affiche sur l’écran extérieur. Une bonne exposition se traduit par des valeurs réparties sur l’ensemble de la plage. Un histogramme trop à gauche traduit une image bouchée, et à droite, une image brûlée.

Histogramme décalé sur la droite : l'image est trop claire
Histogramme décalé sur la droite : l'image est trop claire, trop lumineuse, l'effet est "cramé". (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)
Histogramme bien centré : l'exposition de la photo est réussie
Histogramme bien centré : l'image est bien exposée ! (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Enfin, certains boîtiers vous propose une alerte de surexposition dans le viseur ou sur l’écran (dans ce cas, une fois que l’image est prise). Les zones brûlées clignotent. Ce système présente un avantage : il est de suite compréhensible par le photographe.

Conclusion : s’entraîner pour trouver la bonne lumière

La maîtrise de la lumière reste le principal souci du photographe. Il vous reste à essayer, essayer, encore et encore. On dit d’ailleurs d’une photo ratée que tout ce que l’on peut faire… c’est la refaire.

Je suis à votre disposition si on se croise sur circuit ou sur ce site pour répondre à vos questions, sans souci !

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Contactez-nous

Si vous avez participé à un roulage et que vous souhaitez obtenir vos photos, n'hésitez plus : contactez-nous !

En cours d’envoi

©2018 - La Pellicule Moto - Une association de photographes sur circuit moto

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?